Agriculture bio et agroécologie, Ecologie

« L’agriculture intensive est nécessaire pour nourrir le monde. »

Pour l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), c’est l’agroécologie la solution à la faim dans le monde, au contraire de l’agriculture intensive.
Voir la tribune de Maria Helena Semedo, Directrice Générale adjointe de la FAO, dans le Huffington Post « La faim dans le monde va s’aggraver si les agriculteurs ne redeviennent pas garants de la biodiversité »
Voir l’article « L’agro-écologie, une solution pour éradiquer l’insécurité alimentaire, selon la FAO », sur le site de la FAO

La faim est avant tout liée à un problème de répartition, et pas de quantité de production. Elle est liée aussi au prix des denrées alimentaires, du fait du marché mondial et de la spéculation, qui rend la nourriture difficile d’accès aux plus pauvres. A cela s’ajoutent les conflits armés et le changement climatique. Une production aussi intensive soit-elle ne peut rien contre ces facteurs-là, il faut trouver d’autres solutions.
Voir l’article « A quand la fin de la faim dans le monde ? » sur le site ideas4development

Nous sommes d’ailleurs déjà en surproduction en Europe, et des quantités énormes de nourriture sont gaspillées ou jetés, à tous les niveaux, de la production jusqu’à l’assiette.
Voir l’article de la Croix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.