Société, Vie démocratique

« Le comptage des manifestants par la police n’est pas fiable. »

Les chiffres de la police sont fiables, plus fiables que ceux des organisateurs en général. Cela a été prouvé notamment par un rapport de la commission sur le comptage des manifestations parisiennes, en 2015. Son verdict est clair : la seule méthode de comptage « réellement opérationnelle » est celle de la préfecture de police.

Daniel Gaxie, professeur de sciences politiques à la Sorbonne et co-auteur du rapport au moment de la publication de celui-ci, explique la méthode de comptage : « Chaque fois, deux agents comptent les manifestants depuis la fenêtre d’une chambre d’hôtel, grâce à un appareil manuel identique à celui des hôtesses de l’air. Le point observation est qualifié de « point haut », car il est situé au premier ou deuxième étage. Pour les petites manifestations, un seul point de comptage est mis en place, mais il y en a deux pour les cortèges plus importants. Les agents n’arrêtent de compter que lorsque la voiture-balai passe. »

Le 12 octobre 2010, Mediapart faisait son propre comptage lors d’une manifestation parisienne, pour en avoir le cœur net. Dans un article intitulé « A Paris, Mediapart a compté : le chiffre qui fâche », Mediapart a produit une estimation de 76 000 manifestants, inférieure à celle de la police (89 000), et très loin des chiffres «largement surestimés» des syndicats (330 000).
Voir l’article des Echos « Manifestations, les comptages de la police validés »
Voir l’article de Check News « Nombre de manifestants : doit-on croire les organisateurs ou la police »

Libération avait aussi par le passé procédé à des estimations propres. En plus de cela, Libération et une vingtaine d’autres rédactions ont lancé fin 2018 une initiative pour comptabiliser les manifestants, de manière indépendante des syndicats et de la police. Les comptages effectués lors de l’initiative ont obtenu des chiffres proches de ceux de la police. Depuis quelques années, Libération « a fait le choix de se fier davantage aux chiffres de la préfecture de police, jugés plus fiables que ceux des organisateurs. »
Voir l’article de Check News « Où en est le comptage des manifestations mis en place par les journaux ? »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *